Une étude américaine publiée dans l'édition d'avril des Archives of Pediatric and Adolescent Medicine a établi que moins de musique et plus de lecture de livres bénéficiait à la santé mentale des adolescents, selon une annonce du 4 avril. 


Cette étude a comparé six types de médias - la télévision et les films, la musique, les jeux vidéo, Internet, les magazines et les journaux, et les livres - et a découvert que les adolescents fans de musique étaient 8,3 fois plus susceptibles de souffrir de dépression que ceux qui préféraient les autres médias.

 

Les amateurs de livres, a contrario, étaient moins susceptibles de déprimer que tous les autres groupes, selon les chercheurs.

 

Suite à l'avertissement publié par l'American Academy of Pediatrics sur un possible lien entre réseaux sociaux et dépression chez les ados, cette dernière étude fait partie de nombreuses autres recherches s'intéressant à l'influence des médias sur les jeunes. Mais son intérêt réside dans le fait qu'elle établit un lien entre lecture et probabilité moindre de dépression. Lorsque les ados lisent des livres, cette probabilité baisse "alors qu'elle augmente avec tous les autres médias", explique le docteur Brian Primack, professeur à l'Université de Pittsburgh.