La seconde journée bordelaise d’ARCAD a retenu le thème de l’inédit comme fil rouge des problématiques adolescentes. L’inédit se définit littéralement comme le nouveau, l’extraordinaire, « ce qui n’a pas été imprimé, publié, ce que l’on n’a jamais vu, qui est original, inusité. »

 

Or, l’adolescence, mouvement psychique irréfragable, amène du nouveau. L’inédit correspond alors à la découverte des potentialités pubertaires, du spectaculaire, de l'exceptionnel, au prix incontournable du renoncement. La notion d’inédit pose bien la question de l’étrangeté du nouveau : à la fois attendu, espéré, rêvé, mais aussi parfois dérangeant, étranger, inquiétant, inacceptable.

Nous entendrons le caractère fascinant de l’inédit comme ce qui est nouvellement éprouvé chez l’adolescent, tant du côté du corps récemment pubère que des liens narcissiques et objectaux remaniés, de la découverte du féminin et du masculin proprement dits, de la rencontre amoureuse et de la pensée frémissante. L’inédit se fonde dans le corps, désormais génitalisé, qui travaille la psyché à l’aune du bouleversement pubertaire. La pensée, sitôt resexualisée par le surgissement du génital, autorise l'adolescent à apprivoiser le nouveau et à s’approprier les objets de culture. Ainsi nous proposons de questionner l’ouverture inédite du projet de subjectivation à l’adolescence. Nous aborderons également la seconde partie de notre définition de l’inédit. A savoir tout ce qui concerne « ce qui ne sera jamais édité », avec la nécessité, pour l’adolescent, de réélaborer la castration, et, au-delà, de pouvoir s’éprouver dans la complémentarité des sexes. Travail de renoncement à la toute-puissance et au fantasme d’immortalité, travail susceptible de mettre à l’épreuve l’adolescent, de révéler ses ressources comme ses impasses. Travail susceptible, parfois, de « mettre à terre » l’adolescent en souffrance, au risque d’un engagement dans des expressions psychopathologiques de destructivité.

Comment les destins de l’inédit peuvent-ils dégager l’adolescent de ses potentialités meurtrières et lui donner accès à ses avenirs créateurs ? Comment contribuent-ils aux enchantements et aux désillusions adolescentes ? De quelle façon l’adolescent se positionne-t-il face à ses possibles réels et fantasmés ? Quelle peut-être la place du psychanalyste dans ce cheminement, comment ce dernier peut-il manier l’inédit dans le transfert ? Autant de questions qui seront explorées dans cette journée…

 

Programme :

8h30 : Accueil des participants

9h : Ouverture : Marion HAZA, Psychologue, Présidente d’ARCAD, Maître de Conférences (CAPS, Poitiers).

9h15 : Pr Philippe GUTTON, psychiatre, professeur des universités, directeur de la Revue Adolescence. «  La créativité adolescente comme lutte contre la dépression »

10h : Discussion Dr Philippe-Pierre TEDO, Psychiatre, Psychanalyste,  membre d’ARCAD.

Modérateur : Dr Valérie ADRIAN, Psychiatre, membre d’ARCAD 

10h30 : Pausé café

11h : M. Jean Pierre OHL, Romancier et libraire. « Héros de sa propre vie : autour du jeune Charles Dickens »

11h40 : Discussion Jean-Claude DUBREUIL, Professeur honoraire de Chaire Supérieure, Agrégé de Lettres Modernes.

Modérateur : Laurence FAUGERE, psychologue et libraire.

12h15 : Déjeuner libre.

 

14h : Marika MOISSEEFF, Ethnologue et psychiatre, chargée de recherche au CNRS rattachée au Laboratoire d’anthropologie sociale « De nouveaux mythes en guise de rites pour les adolescents ?»

14h45 : Discussion

Modérateur : Dr Marc DELORME, Psychiatre, psychanalyste, membre d’ARCAD.

15h15 : Pause

 

15h45 : Table ronde clinique :

Annamaria PIETROCOLA, psychologue : « Le cas d'Emma: entre contenance et créativité »

François COUDRET, psychologue clinicien, membre d’ARCAD : « Adolescence et écriture : les formes de l’inédit »

Dr Chantal LABADIE, Psychiatre, membre d’ARCAD : « Duende »

Discussion : Ph. GUTTON et M. MOISSEEFF.

Modérateur : Dr Marc DELORME, Psychiatre, psychanalyste, membre d’ARCAD.

 

17h45 : Conclusion : Emmanuelle CAULE, Psychologue, Psychanalyste, Chargée de cours à l’Université V. Ségalen Bx II, membre du CILA, Vice-Présidente d’ARCAD.