Fouilles musclées de gendarmes dans des collèges du Gers

Ouest france 2 12 08

 

Archives, AFP

Photo : Archives, AFP

 

 

A la demande de proviseurs, plusieurs élèves de différents collèges du Gers ont été fouillés dans leurs classes par des gendarmes et des chiens. Ceux-ci étaient à la recherche de drogues.

Le 19 novembre dernier, les élèves de 4e et 3e du lycée Marciac devaient rencontrer les gendarmes afin de discuter des risques liés à la consommation de drogue. C’est du moins ce qu’ils pensaient, mais ils ont eu droit à une toute autre intervention, selon les propos d’une élève de 13 ans, Zoé, rapportés par le site Rue 89.


  « Quand le chien mord, ça pique ! »

  Elle raconte l’arrivée d’un « monsieur chauve habillé en militaire » (le dresseur) et d’un gendarme dans la salle de cours. « Quand le chien mord, ça pique ! », avertit l’un d’eux avant que celui-ci se mette à renifler un peu partout. Les camarades de Zoé sortent ainsi les uns après les autres pour être fouillés.

  « C'était à mon tour! La fouilleuse me fit enlever mon sweat sous le regard des deux autres gendarmes… Je décris : Un gendarme à terre disséquait mes stylos, un autre le surveillait, un autre qui regardait la fouilleuse qui me fouillait et le reste de la troupe dehors. Ne trouvant rien dans ma veste, elle me fit enlever mes chaussures et déplier mes ourlets de pantalon. Elle cherche dans mes chaussettes et mes chaussures. (…) Elle cherche dans les replis de mon pantalon, dans les doublures de mon tee-shirt sans bien sûr rien trouver. Elle fouilla alors dans mon "soutif" et chercha en passant ses mains sur ma culotte ! Les gendarmes n'exprimèrent aucune surprise face à ce geste, mais ce ne fut pas mon cas ! »

Deux jours plus tôt, ce sont les élèves du Centre de Formation des Apprentis de Pavie, également dans le Gers, qui avaient eu droit à une visite de la police dans leur classe.

  Gendarmes "impolis, désagréables" selon un professeur

  Patrick Poumiriau, leur professeur, raconte la scène : « Personne ne dit bonjour, personne ne se présente. Sans préambule, le chien est lancé à travers la classe. Il mord le sac d'un jeune à qui l'on demande de sortir... Je veux intervenir, on m'impose le silence. (…) Dans une classe de BTS, le chien fait voler un sac, l'élève en ressort un ordinateur endommagé, on lui dit en riant qu'il peut toujours porter plainte. Ailleurs, on aligne les élèves devant le tableau. Aux dires des jeunes et du prof, le maître-chien lance : « Si vous bougez, il vous bouffe une artère et vous vous retrouvez à l'hosto ». Je me dis qu'en 50 ans, je n'ai jamais vu ça. Ce qui m'a frappé… c'est l'attitude des gendarmes : impolis, désagréables… sortant d'une classe de BTS froid-climatisation en disant : « Salut les filles ! » alors que, bien sûr il n'y a que des garçons, les félicitant d'avoir bien « caché leur came et abusé leur chien » ».

Depuis le mois de janvier, 25 établissements ont été contrôlés dans le Gers. A l’école des métiers, 32 grammes de cannabis auraient été saisis, mais rien à Marciac.

  « L'objectif était de poursuivre la prévention faite dans le cadre de la semaine d'accueil sur les risques liés à l'alcool et à la drogue, sachant que ça a un effet boule-de-neige. Ils savent qu'il faut faire attention. Après, c'est vrai qu'il y a une partie qu'on maîtrise pas », explique pour sa part Bernard Vilotte, directeur de l’école des métiers, à ladepeche.fr.