Prix du jury à Cannes en mai dernier, ce film de la réalisatrice britannique Andrea Arnold révèle une jeune actrice non professionnelle, Katie Jarvis.

«Fish Tank» - Drame d'Andrea Arnold, avec Katie Jarvis, Michael Fassbender et Kierston Wareing. Durée : 124 min.

» CRITIQUE VIDÉO - «Une héroïne bouleversante»


Dès les premières images, une adolescente en survêtement, Mia, 15 ans, danse le hip-hop seule dans une pièce abandonnée. Du dehors parviennent les cris de joie des enfants d'une barre d'immeubles de la banlieue anglaise. Quand la jeune fille sort dans la cité, sa capuche sur la tête, on dirait qu'elle s'est emmitouflée dans une combinaison d'astronaute. On la sent aussi à l'aise qu'un poisson dans son bocal. Est-ce pour cela qu'Andrea Arnold a intitulé son troisième film Fish Tank (littéralement «aquarium») ? Ou cela aurait-il un rapport avec l'enferment psychologique de Mia ?

«Le titre du film est une métaphore, reconnaît la réalisatrice. Un aquarium est un petit espace qui contient beaucoup de vie à l'intérieur, mais dont on ne peut s'échapper. Je pense que cela convenait parfaitement à l'idée que je me faisais du film.»

L'intrigue de cette chronique sociale, que Ken Loach n'aurait pas désavouée, raconte comment une ado issue d'un milieu défavorisé, rebelle et solitaire, va peu à peu s'évader de son fish tank.

Repérée sur un quai de gare

C'est là tout l'enjeu du film et du rôle de Mia, interprétée par Katie Jarvis. Véritable révélation, cette jeune femme de 17 ans ne se destinait certainement pas à devenir comédienne, ayant opté dans son lycée pour la section « Cheveux et beauté » et « Informatique ». Aujourd'hui, Katie Jarvis n'en revient toujours pas de la façon dont elle a été repérée à l'âge de 17 ans.

«J'étais avec mon copain à la gare d'Essex, près de là où je vis, se rappelle-t-elle. Nous nous disputions sur le quai. J'ai pris le train et une femme m'a abordée. Elle avait tout vu. Elle faisait partie de l'équipe du film d'Andrea Arnold. Elle cherchait quelqu'un comme moi pour le rôle principal. Au départ, je ne l'ai pas crue. J'ai même refusé de lui donner mon numéro. Mais j'ai quand même pris le sien. Finalement, j'ai rappelé quelques jours plus tard, par curiosité. Le lendemain, je passais une audition !»

De son côté, Andrea Arnold précise : «Je cherchais une gamine authentique pour jouer le rôle de Mia.Je l'ai finalement dénichée à la station de Tilbury Town, où elle se disputait avec son copain. J'ai su d'emblée que ce serait elle. Je ne savais pas si elle saurait jouer la comédie. Mais j'aime prendre des risques. Alors… »

«Pas vraiment autobiographique»

Katie Jarvis, aujourd'hui maman d'une petite Lily Mae, confirme, avec le sourire : « Ce fut très dur pour moi. J'ai dû apprendre à danser avec un coach durant les trois dernières semaines de préparation du film. Heureusement, durant le tournage, Andrea a été comme une d euxième maman pour moi. J'ai du mal à trouver des mots pour la décrire. Elle est tellement passionnée par son travail. Elle a pris d'énormes risques en me choisissant à la place d'une actrice professionnelle. Quand j'ai compris les enjeux, j'ai travaillé dur. Non pas pour moi, mais pour Andrea. Je sais très bien que ce rôle a été la chance de ma vie. »

D'ailleurs, quand on demande à la réalisatrice, oscarisée en 2004 pour son court-métrage Wasp, si ce film ne serait pas autobiographique, celle qui obtint le prix du jury à Cannes pour Red Road en 2006, répond du tac au tac : « Non, pas vraiment. Disons que ce n'est pas aussi simple que ça. » Décidément, la vie ne ressemble pas à un aquarium…